Les médicaments oraux

Les médicaments oraux

Il a été démontré que plusieurs médicaments améliorent la dystonie. Il n’existe pas de médicament universel qui fonctionne pour toutes les personnes atteintes de la maladie. Il peut donc être nécessaire d’essayer plusieurs médicaments afin d’établir celui qui vous convient le mieux. Collaborer avec votre médecin pour identifier les médicaments qui vous conviennent le mieux peut relever du défi, mais trouver le bon ou les bons médicaments peut entraîner une amélioration radicale des symptômes.

Il existe plusieurs catégories de médicaments utilisés pour le traitement de la dystonie, notamment :
• les anticholinergiques;
• les benzodiazépines;
• le baclofène;
• les agents dopaminergiques ou les agents anti-dopaminergiques;
• la tétrabénazine.

La plupart des médicaments utilisés pour traiter la dystonie agissent sur les neurotransmetteurs du système nerveux qui exécutent les instructions du cerveau relativement aux mouvements musculaires et au contrôle des mouvements. En règle générale, une très faible dose de médicament est donnée à la personne atteinte et la dose est progressivement augmentée jusqu’à ce que les bienfaits soient pleinement atteints ou que les effets secondaires justifient une dose plus faible.

Il est très important de suivre les directives du médecin à propos de la manière et du moment de prendre les médicaments et de ne pas cesser de les prendre de façon abrupte.

Les anticholinergiques

Parmi les anticholinergiques, mentionnons Artane® (trihexyphénidyle), Cogentin® (benzatropine) ou Parsitan® (éthopropazine) qui bloquent un neurotransmetteur appelé acétylcholine. Le recours à ces médicaments est parfois limité en raison des effets secondaires sur le système nerveux central, comme la confusion, la somnolence, les hallucinations, le changement de personnalité et les troubles de mémoire, de même qu’en raison des effets secondaires périphériques comme la sécheresse de la bouche, une vision brouillée, la rétention urinaire et la constipation.

Les benzodiazépines

Les benzodiazépines, comme Valium® (diazépam), Klonopin® (clonazépam) et Ativan® (lorazépam) agissent sur la capacité du système nerveux de traiter un neurotransmetteur appelé GABA-A. Un des principaux effets secondaires est la sédation. Parmi les autres effets secondaires, mentionnons la dépression, le changement de personnalité et la toxicomanie. L’interruption rapide de la prise de médicaments peut entraîner des symptômes de sevrage. Certaines personnes atteintes de dystonie tolèrent des doses très élevées sans effets nuisibles apparents.

Le baclofène

Le baclofène (Lioresal®) stimule la capacité du corps de traiter un neurotransmetteur appelé GABA-B. Des formes intrathécales de baclofène selon lesquelles une dose continue de médicament est fournie au système nerveux au moyen d’un dispositif implanté par voie chirurgicale sont également utilisées. Parmi les effets secondaires, mentionnons la confusion, des vertiges ou la sensation de tête légère, la somnolence, la nausée et la faiblesse musculaire.

Les agents dopaminergiques ou agents anti-dopaminergiques

Certaines personnes atteintes de dystonie primaire réagissent bien aux médicaments qui augmentent la dopamine, un neurotransmetteur. Ces médicaments sont appelés agents dopaminergiques et sont connus sous le nom de Sinemet® (lévodopa) ou Parlodel® (bromocriptine). Parmi les effets secondaires, mentionnons le syndrome parkinsonien, l’hypotension et la dépression. Toutefois, ironiquement, plusieurs personnes atteintes réagissent bien aux agents qui bloquent ou diminuent la dopamine. Ces médicaments comptent plusieurs agents antipsychotiques comme Clozaril® (clozapine), Nitoman® (tétrabénazine) ou Reserpine®.

La tétrabénazine

La tétrabénazime est un médicament qui diminue la dopamine et qui peut aider certaines personnes atteintes de dystonie. De façon générale, elle n’est pas accessible aux États-Unis, mais certains médecins de centres de recherche importants peuvent se voir accorder une exception pour son utilisation chez des personnes atteintes, plus particulièrement à des fins de recherche.